Vison sur les sandales,les perles,l’argent,soufflement dans le cor,le crocodile,le zèbre,le bouc,l’ânesse la mule,la menace,le turban,la cape,l’aumône,le sucre,le beurre,le fromage,poisson salé ,

Les sandales portées par les commerçants ou les marchands ambulants pour circuler dans les marchés désignent les biens, les gains et les revenus.

Les sandales peuvent également désigner l’épouse si l’homme circule parmi les demeures, en les portant, les achètes ou si elles lui sont offertes; si elles sont neuves, sa femme serait vierge, libre ou esclave; si elles sont vieilles, elle ne serait pas vierge.

Si le morceau en cuir qui enveloppe le gros orteil se rompt, ses revenus seront rares, sa marchandise stagnera, un empêchement ne lui permettra pas de les obtenir, ou bien sa femme se lèvera contre lui et il est sûr qu’elle le trompait.

Si la chaîne à la cheville de sa femme qui se trouve malade se détache, celle- ci trouvera la mort sauf si le rêve contient un signe promettant un bien car elle guérira après qu’il en soit désespéré et il la récupère après l’avoir répudiée.

S’il chausse des sandales à semelles et marche sur un chemin tracé, il accomplira un voyage.

S’il porte des sandales et ne marche pas, il aurait une femme ou une esclave avec laquelle il s’accouplera; de même s’il voit, en rêve, qu’on lui donne des sandales qu’il prend ou les trouve chez lui dans une chambre ou dans un récipient, il aurait une femme ou une esclave vierge, si les sandales sont sans semelles de cuir.

La même interprétation s’applique au rêve où l’homme ne porte pas de sandales à semelles; si les sandales sont en cuir de bovins, la femme serait d’origine non- arabe. Si elles sont en cuir de cheval ou de chameau, elle serait arabe ou de famille arabe.

Si un homme se voit marchant avec une paire de sandales, et l’une de ces deux sandales se perd et continue à marcher, il se séparera d’un frère, d’une sœur ou d’un associé lors d’un voyage car lorsqu’il a marché, il a entamé un voyage et lorsqu’il a perdu une sandale, il s’est séparé de son frère; s’il n’a pas de frère et voit ses sandales se perdre, tomber dans un puits ou emportées par un autre, un incident se produira à sa femme; s’il récupère les sandales intactes, sa femme tombera malade puis guérira ou bien elle l’abandonnera, refusera de se donner à lui ou autres événements semblables propres aux femmes puis retournera à son état initial.

Si on lui vole ses chaussures et voit un autre les porter, puis lui sont rendues, ce rêve ne lui apporte aucun bon présage, car il sera trompé par sa femme ou l’esclave avec laquelle il a eu des relations sexuelles.

Si les chaussures lui sont arrachées ou brûlées au point de n’en rien rester, sa femme ou son esclave périra.

S’il se voit ravaudant ses chaussures, il arrangera les affaires de sa femme ou aura des relations sexuelles avec elle.

Si un autre lui ravaude ses chaussures, aucun bien ne sera rapporté aux parties génitales des femmes.

Si les chaussures sont relatives au voyage, celui- ci ne s’accomplira guère si elles sont faites en cuir non approprié à la fabrication des chaussures et elles sont désagréables à voir, ce rêve incarne la vertu ou la corruption de la femme avec laquelle il s’accouple.

S’il voit les lacets des chaussures usés, faibles et déchirés, l’état de l’homme serait très mauvais au cours de son voyage ou bien ce serait l’état de sa femme qui sera semblable à la nature, la beauté, la solidité, et l’apparence des lacets.

Si le lacet du pantalon est neuf et solide, la chose désignée par le pantalon le serait; si le lacet est usé, cette chose serait vulnérable.

Si la poche d’un vêtement est en bon état et possède des boutons neufs, la personne qui rêve jouirait de bonnes conditions; si elle est usée, déchirée ou se détache du vêtement, l’homme fera face à des problèmes, car la poche désigne les affaires et l’état de l’homme.

Si un homme se voit chaussant des bottines et portant une arme ou autre moyen de protection détestable utilisé pour marcher sur le sol telle qu’une monture, de la boue, des épines ou autres, ces bottines représenteraient alors une protection contre les malheurs; si les bottines ne sont pas accompagnées d’armes ou de malheurs, elles représenteraient un souci qu’aurait celui qui les porte.

Plus les bottines sont longues et étroites, plus forts seront les soucis.

Si un homme se voit portant des vêtements neufs, il serait en un excellent état.

Les perles enfilées représentent des paroles de charité, un savoir et le Coran. Si elles sont dispersées, elles désigneraient un garçon, une fille, un valet et une domestique, jusqu’à devenir une perle bien gardée, selon la parole de Dieu (le Très- Haut).

Si les perles ne sont pas en quantité désagréable à voir, elles représentent une belle femme ou esclave.

SI elles sont en si grande quantité qu’il faudrait les peser ou les porter dans des grands sacs, elles indiquent des trésors et une multitude de biens.

Si un rubis rouge ou vert lui est donné, il aurait une belle femme, si sa femme est enceinte, elle mettra au monde une belle fille.

Si le rubis est volé ou a fait l’objet d’une trahison, cette femme ou esclave lui sera interdite; si on le lui prête, la femme qu’aurait mourra avant lui très prochainement.

Si les rubis se trouvent en grande quantité dépassant la limite, ils désignent des biens que la religion désapprouve; selon la nature de cette pierre précieuse appelée Hyacinthe.

Les verroteries figurent des serviteurs ou des biens.

Si une bague est offerte à l’auteur du rêve, et il la met au doigt, il aurait une nouvelle propriété telle qu’une autorité, un esclave, une monture, un terrain, une fortune ou autre.

S’il obtient une bague dans une mosquée, alors qu’il est en train de célébrer la prière ou dans un des sentiers Dieu et voit aussi un indice de biens, acquerra une fortune licite dont il ferait largesse sur de bonnes œuvres; si le rêve contient des signes indiquant le souverain, le roi, et la guerre, il obtiendrait une souveraineté, un pouvoir et une guerre.

S’il perd le chaton de sa bague, ce chaton représente le visage de celui que la bague désigne. Celui qui voit offrant sa bague de bon cœur, il donne certaines de ses possessions de bon gré. La lettre indique une nouvelle, son cachet désigne la réalisation de la nouvelle.

Si des femmes portent de l’or ou de l’argent, le rêve leur apporte, quelque soit le cas, un bon pesage. Si un homme obtient de l’or, il paie une amende ou perd une partie de sa fortune équivalente à la quantité d’or vu et cependant un homme de grande autorité se mettra en colère de lui; si l’or est façonné en forme de récipient, de bijoux ou autres, l’interprétation devient plus faible, s’il est façonné en plaque ou lingot il représente un mal.

Si l’argent est façonné en forme de récipient, de bijou ou autre chose semblable, brisé soit- il ou en bon état, et si un homme voit, en rêve, qu’il reçoit une des choses déjà citées, il lui sera confié du bien ou des meubles.

La même interprétation s’applique au miroir d’argent à condition que l’homme n’y regarde pas son visage; autrement une calamité se battra sur sa dignité, car le regard du miroir d’argent ne présage aucun bien.

L’argent fondu et non façonné représente la nature des femmes (femmes ou servante); s’il obtient de l’argent fondu de son pays d’origine, il obtient une femme de sa patrie. S’il entre dans un aminé et y prend la pièce d’argent fondu, la femme serait en train de le tromper, pour ce qui la concerne et concerne les autres.

Celui qui voit un mort connu mourir une deuxième fois, mais sa mort n’est accompagnée de lamentations ou de cris, épousera une femme de la famille de ce mort et des noces auront lieu; mais une personne de la descendance de ce mort mourra si la mort est accompagnée de cris, de lamentations ou autre chose détestable en rêve.

S’il se voit mort, posé sur un lit et porté sur les épaules des hommes, il obtiendra une autorité et sa foi sera déréglée, il vaincra des hommes et aura des partisans dont le nombre serait équivalent à celui des gens selon son cercueil et on lui souhaite l’amélioration de sa religion s’il n’est pas enterré.

S’il porte un mort sans qu’il y ait des funérailles habituelles, il suivrait un homme à autorité et en obtiendrait un bien.

S’il fouille la tombe d’un mort connu, il cherchera à adopter le comportement de cet homme tel que le savoir ou la fortune et obtiendra ce qu’il désire; s’il fouille la tombe de cet homme et le trouve toujours vivant, ce qu’il cherche est bon et sage et fait partie d’une fortune licite; s’il le trouve mort dans sa tombe, ce rêve ne lui apporte aucun bon signe et sa quête n’est plus bonne.

Celui qui voit le souverain des musulmans lui assigner le gouvernement d’une de ses cités, aura un honneur et une renommée prompte dans les deux mondes; s’il le nomme son représentant dans les coffins, au fin fond des pays musulmans, il connaîtra aussi un honneur, une puissance et une autorité avec quelque retard conformément à la distance séparant cet endroit de la sécurité.

S’il débarque dans la demeure du souverain, s’y installe et s’y sent de sécurité, il connaît toutes ses affaires secrètes, il obtient un honneur, une éminence et une autorité conformément à l’interprétation et la nature de cette donation; s’il se voit en querelle avec le souverain ou un gouverneur, et prononçant des paroles sages et charitables, il obtiendrait la requête qu’il lui aurait demandée.

S’il va fréquemment à la porte du souverain ou un de ses représentants, ses ennemis ne pourront pas lui nuire; s’il se voit sous une couverture dans le même lit que le souverain, sans qu’il y ait entre eux aucun voile, il ne pourra plus voler le souverain, et ses biens et ses propriétés iront au souverain, en fin de compte, en héritage après sa mort ou de son vivant; s’il voit que le souverain est malade, sa foi et celle de ses sujets seront faibles; s’il meurt, la foi serait corrompue.

Si un souverain équitable entre dans un endroit, la bénédiction et l’équité régneront dans cet endroit; s’il est tyrannique, la corruption et les malheurs se propageront dans cet endroit, mais s’il est habitué à entrer à cet endroit, aucun mal ne sera causé.

Si un homme mange à la table d’un souverain, d’un roi ou d’un gouverneur équitable, il obtient durant sa vie un honneur et un bien proportionnel à la nourriture mangée, ainsi que dans l’au-