Vision des demeures,des maisons, du palais , des marches

Les demeures, elles, symbolisent leurs maîtres.

Si elles sont vue détruites, étroites, spacieuses, munies des bienfaits ou souffrants d’un malheur, l’interprétation touchera leurs habitants et leurs maîtres.

Les murs désignent les hommes tandis que les femmes sont représentées par les toits, car les hommes sont l’appui des femmes qui sont au- dessus d’eux, et ils les défendent contre les maux. La demeure de l’homme représente son corps, ses portions, et sa personne car il est connu par le lieu de sa résidence et elle est connue par le nom de son propriétaire; en effet, elle constitue sa gloire, sa réputation, son nom et l’abri de sa famille. Elle pourrait également désigner sa fortune qui constitue la base sur laquelle il subsiste ou bien son habit car il s’y trouve. Si elle désigne son corps, la porte signale son visage; si elle indique sa femme, la porte est sa délivrance; si elle désigne sa vie présente et sa fortune, la porte n’est qu’un moyen de subsistance; si elle représente son habit, la porte désigne son col. Si la porte est vue, en rêve, toute seule, elle désigne le maître de la demeure.

Le battant mobile qui s’ouvre et se referme pourrait aussi le désigner, alors que l’autre battant indique sa femme, qu’il tient dans ses bras la nuit, et la quitte pendant la journée, par l’action de l’ouverture. Le mâle et la femelle sont désignés par la forme et la fermeture: ce qui effectue la fermeture, c’est le mâle tandis que l’anse se trouve dans la femelle son épouse car la serrure qui entre dans l’anse représente le mâle, et si l’ensemble de la forme se fend en deux et forme une paire. Il se peut qu’ils désignent les deux enfants du maître de la demeure, un fils et une fille les deux frères ou les deux associés du propriétaire de la demeure.

Le seuil de la porte, sa rotation et toute langue qui y entre signalent l’épouse et le serviteur.

Les gonds de la porte désignent, peut-être les enfants mâles, les esclaves, les frères ou les assistants, mais les gonds et l’anneau de la porte indiqueraient la permission de son propriétaire, de son chambellan ou de son serviteur. Tout surplus, manque ou incident relatif aux choses déjà citées se rapporteraient aux personnes désignées selon les signes supplémentaires contenus en rêve. La demeure inconnue est différente que la demeure connue. Elle est en fait, la vie de l’au-delà. Il en est de même pour la demeure connue portant un nom spécial qui désigne l’autre monde.

Si le rêveur s’y voit et était, à l’état d’éveil malade, il entrera à l’au-delà dépourvu des maux de la vie présente, et de ses séditions.

S’il n’était pas malade, elle représenterait pour lui une bonne annonce, conformément à son acte, lui annonçant le pèlerinage, la guerre sainte, l’ascétisme, la dévotion, le savoir, la charité, l’alliance ou la patience qui l’aidera à supporter un malheur en se basant sur les signes contenus en rêve, et c’est pourquoi l’annonce a été faite.

S’il le voit, en rêve, qu’il a des livres, dont il puise un grand savoir, celui-ci l’y a amené. S’il est en train de prier, c’est grâce à sa prière qu’il l’a obtenu. S’il a avec lui sa jument et son épée, il atteint ce monde grâce à sa participation à la guerre sainte L’homme doit juger à l’état d’éveil les œuvres les plus chères à son cœur, si elles sont nombreuses, la bonne annonce concerne l’une d’entre elles.

Si un homme se voit construire une demeure autre que la sienne, dans un endroit connu ou non, l’interprétation du rêve serait relative à sa condition; s’il est malade ou un membre de sa famille l’est, cette demeure symbolise sa tombe. Si ce cas ne se présente pas, la vie lui apportera des bénéfices au cas où la demeure est construite dans un endroit connu. S’il utilise les briques et le mortier dans sa construction, elle serait licite, mais s’il utilise les tuiles, le plâtre, le calcaire, elle serait illicite à cause du feu allumé pour préparer ces matériaux. Si la demeure est construite à partir de briques, dans un endroit inconnu, les rêveur qui n’est pas malade, à l’état d’éveil, ce rêve annonce une bonne œuvre faite ou sera faite par lui, pour sa vie de l’au-delà; mais si elle est construite avec les tuiles dans un endroit inconnu, et le rêveur n’est pas malade, celui-ci accomplirait des œuvres détestables qu’il regrettera le jour du Jugement dernier, sauf s’il l’a détruite, en rêve, ou plus tard, car à ce moment il se repentira.

Quant à la demeure bâtie dans un lieu inconnu loin des autres demeures, avec des matériaux inconnu et dont on ignore les habitants, elle désignerait la vie de l’au-delà et notamment si celui qui rêve y voit des morts qu’il connaît. S’il y entre et n’en sort plus, il trouvera la mort; s’il y entre et en sort, il serait sur le seuil de la mort puis sera sauvé.

Celui qui se voit entrant dans une nouvelle demeure, complètement achevée équipée, qui se trouve dans un endroit connu parmi les demeures, s’enrichira, s’il est pauvre, à l’état d’éveil; sa fortune s’accroîtra, s’il est riche; sera délivré, s’il est soucieux; se repentira, s’il est désobéissant; et tout cela est relatif à la beauté et à l’espace de la demeure dont le propriétaire demeure inconnu. Si cette demeure a un propriétaire connu, elle lui appartiendra et lui sera licite si elle est construite avec le mortier. Mais si elle est bâtie avec le plâtre elle lui sera illicite. Si la demeure est spacieuse, les revenus du propriétaire seront abondants et il sera généreux. Si elle est étroite, ses revenus seront limités, et il serait avare. Si elle est neuve, son travail reprendra son activité; si elle est enduite de boue, elle désigne sa foi; et la solidité de la demeure indiquera la perspicacité de son propriétaire et si elle est restaurée, elle désigne la joie de son propriétaire. Si la demeure est en fer, elle désignerait la longue vie de son propriétaire et son pouvoir.

Si un homme sort de sa demeure en colère, il sera emprisonné.

S’il se voit entrer chez son voisin, il connaîtra son secret; s’il était débauché, il le trompera avec sa femme et dans ses revenus. Si un célibataire construit une demeure, il épousera une femme de haut rang; et celui qui voit, de loin, une demeure, celle-ci désignerait sa vie dans l’avenir. S’il y entre, au cas où elle est bâtie avec le mortier et n’est pas à l’écart des autres maisons et demeures, sa vie serait licite et propre.

Celui qui voit, sa sortie des bâtiments, au cas où il est contraint ou transformé, quittera la vie et ce qu’il possède proportionnellement aux signes désignant la manière de sa sortie.

Les chambres de la demeure désignent les épouses du propriétaire; les couloirs et les galeries représentent les hommes, les créneaux, l’honneur et le pouvoir. Quant aux armoires, elles indiquent les habitants de la demeure auxquels on confie la fortune.

Le toit de la demeure indique le nom et l’éminence du propriétaire.

Quand un imam juste voit, en rêve, une demeure, celle-ci représente une ville frontière musulmane. Si un souverain puissant voit sa demeure effondrée, sa souveraineté sera affaiblie.

Si un homme se voit sur un toit inconnu, il obtiendra une éminence et aura recours à l’aide d’un homme de grande renommée.

Les Chrétiens disent: «si un homme se voit en train de balayer sa maison, un chagrin s’abattra sur lui ou mourra subitement.

On dit aussi que l’effondrement de la demeure indique la mort de son propriétaire.

La demeure de l’homme désigne son épouse cachée qui constitue son refuge; par là, on dit en arabe ce qui signifie, (se marier) = «entrer sa demeure» et on fait allusion à elle, parce qu’elle s’y trouve.

La porte de la demeure représente la vulve de l’épouse ou son visage, il se peut aussi qu’elle désigne l’alcôve, l’armoire, la vierge, telle que sa fille ou son adoptive, car elles sont voilées, et l’homme n’y habite pas.

La demeure de l’homme pourrait désigner de même son corps, le pavillon de service, son serviteur, le dépôt de blé, sa mère qui était la cause de sa nourriture du lait pour l’élever et l’éduquer, la salle de toilettes désigne la servante occupée de balayer et laver seulement; il se peut qu’elle représente l’épouse avec laquelle il a une entrevue particulière pour satisfaire un besoin, en retraite, loin des yeux de ses enfants et tous les autres membres de sa famille.

Si un homme se voit regarder à travers une fenêtre de sa demeure, ce rêve désigne qu’il guette la vulve de sa femme ou son anus. Tout surplus ou manque, destruction ou restauration dans le rêve est relatif à ce que représente la demeure; ainsi on dit: j’ai construit dans ma demeure une maison neuve; s’il est malade, il guérira et sa santé sera bonne; et s’il y a dans sa demeure un malade, le rêve désigne son bon état, à moins qu’il n’ait l’habitude d’enterrer ce qui est mort dans sa demeure; dans ce cas, la tombe du malade sera dans la demeure; surtout s’il est impossible de la construire, ou la demeure était enduite de la couleur blanche, ou encore il y a dans la cour des fleurs et des myrtes ou tout signe de malheur. Mais s’il n’y a pas de malade, il se mariera au cas où il est célibataire, ou fera marier sa fille qui habitera chez lui si la demeure est vaste; ou il achètera une esclave dont l’état est équivalent à celui de la demeure.

Celui qui se voit détruire une demeure neuve, aura un souci et un mal; cependant, s’il se voit construire ou acheter une demeure, il obtiendra des biens abondants. Et si l’homme se trouve dans une demeure, neuve, plâtrée, inconnue, à l’écart des autres demeures, et s’il entend avec cela des paroles maléfiques, cette demeure lui annonce sa tombe; et s’il est emprisonné, lié fortement, dans une demeure dont la porte est bien verrouillée, et située au milieu des autres demeures, il aura du bien et sera en bonne santé.

Celui qui se voit supporter une demeure ou une concubine, sera chargé de la responsabilité d’une femme; si une demeure ou une servante le supporte, une femme se chargera de sa subsistance.

La porte de la demeure, ainsi que son seuil indique une femme. Si un homme se voit fermant une porte, il se mariera. Les portes ouvertes désignent les moyens de subsistance. Le corridor marque un domestique qui trouve des solutions aux problèmes et les décisions.

Si un homme entre dans une demeure et ferme la porte derrière lui, il s’abstiendra de commettre un péché.

S’il se voit attaché dans cette maison dont les portes sont verrouillées, et la maisonnée est contente, il obtiendra un bienfait et sera en bonne santé. S’il voit sa demeure transformée en or, un incendie se déclarera chez lui, et celui qui se voit sortant d’une maison étroite, sera débarrassé d’un souci.

La maison vue, en rêve, sans toit, et éclairée par le soleil ou la lune ne désigne qu’une femme s’y mariera. S’il voit dans sa demeure une maison spacieuse enduite de mortier et il ne s’y trouve pas, une femme vertueuse sera rajoutée au nombre des habitants de cette demeure. Si la maison est plâtrée ou faite en tuiles, elle désigne une femme insolente et hypocrite. S’il y a dans la demeure un sous-sol, celui-ci indiquerait un homme rusé. Si la maison est faite avec du mortier, la ruse de cet homme sera employé dans les affaires religieuses. La maison obscure désigne la femme qui est de mauvais caractère et méchante.

Si une femme voit, en rêve, une maison sombre, ce serait l’homme qui aurait un mauvais caractère et serait méchant. S’il se voit entrant une maison badigeonnée, il sera atteint d’un souci équivalent au degré de badigeonnage, et de la boue à cause d’une femme, mais à la fin, ce souci se dissipera, et l’état du rêveur s’améliorera. S’il voit, en rêve, sa maison plus spacieuse qu’elle est en réalité, le bien et la fertilité seront abondants dans sa maison et une femme lui procurera des bienfaits. S’il voit qu’il bariole ou décore une maison, une querelle et un bruit confus auront lieu dans cette maison-ci. La maison éclairée est un bon signe et reflète le bon caractère de la femme.

Le mur représente un homme, ou bien l’état dans lequel il se trouve au moment même du rêve, s’il se voit debout sur le mur; s’il en tombe, son état changera. Celui qui se voit en train de pousser un mur et réussir à le faire tomber, fera tomber un homme du même rang que lui et le fera périr. Le mur représente un homme invulnérable, de bonne foi, riche et puissant selon que le mur est large, solide, haut et l’état des édifices de son entourage. Si le rêveur voit des murs d’un bâtiment dressés mais ont besoin de restauration, ceux-ci désigneraient un savant ou un imam qui aurait perdu son pouvoir. S’il voit des gens les restaurer, il aura des compagnons qui mèneront ses affaires à bon port. Si un mur s’écroule sur le rêveur, on saura qu’il a commis de nombreux péchés et que le châtiment ne tardera à être appliqué sur lui. S’il voit une fissure dans un mur, dans un arbre ou dans une branche, cette fissure désigne le sort d’un membre de sa famille; s’il voit deux fissures, celles-ci seront interprétées tout comme les boucles d’oreilles ou les deux mamelons. S’il voit des murs, en traces, ceux-ci représentent un imam juste qui a perdu ses compagnons et sa famille. S’il les rénove, les compagnons et la famille se réuniront autour de lui et ils retrouveront leur pouvoir d’antan. S’il se voit attaché à un mur, il se rattacherait à un homme éminent autant qu’il s’est accroché au mur; et celui qui, en rêve, se mire dans le mur, et y voit sa propre image, mourra et une épitaphe sera dressée sur sa tombe.

Le toit désigne un homme éminent; s’il est fait de bois, il serait un homme vaniteux. Si un mur est sur le point de tomber sur le rêveur, celui-ci a peur d’un homme éminent. Si la terre du toit tombe sur lui et lui salit les habits, il éprouvera de la peur puis obtiendra de la fortune.

Si une poutre se brise, le propriétaire de la demeure mourra ou sera attaqué par une calamité; et si la poutre se fend en longueur en deux parties sans causer la chute du plafond, ce rêve désigne tout ce qui se rapporte à cette maison, aux modes et autres car le double de l’unité est deux; et les planches de bois et les poutres utilisées dans la construction d’un bâtiment désignent un homme hypocrite curieux des affaires des gens, alors que la cassure de ces matériaux désignerait la mort d’un tel homme.

Le palais pour un rêveur vertueux annonce une richesse, une éminence et le remboursement d’une dette, si le palais est vu de loin, il lui indique une propriété; le palais représente aussi un homme de foi et de piété. Celui qui se voit entrant dans un palais, atteindra, et aura de nombreux bienfaits.

Celui qui se voit debout sur un palais qui lui appartient, aura une grande éminence, une grandeur et une puissance; mais si le palais appartient aux autres, le rêveur obtiendra des bénéfices et du bien, du propriétaire du palais.

Le hall allongé fait en briques cuites au soleil désigne une femme villageoise croyante; s’il est fait en plâtre, il indiquerait une vie renouvelée; s’il est fait en tuiles, il désignerait une fortune illicite ou bien un femme hypocrite. S’il se voit en train de bâtir un hall allongé avec des tuiles, il punira son fils car le plâtre et les tuiles sont des œuvres avancées par les gens de Géhenne et les Pharaons.

La coupole indique la force; si un homme se voit construire une coupole sur les nuages, la souveraineté et la force lui seront accordées. S’il se voit possédant des bâtiments aux coupoles vertes entre le ciel et la terre, il serait en bon état et mourra tel un martyr.

La construction indique que le rêveur copulera avec sa femme. On dit aussi que si un homme se voit construire un bâtiment, il réunira les personnes de sa famille, et ses amis pour une occasion heureuse.

Le rêveur qui se voit restaurer la tombe du Prophète (que Dieu le bénisse et le salue!) entreprendra le Pèlerinage en consommant du bien. Si les briques sont rassemblées et ne sont point utilisées dans une construction, elles signaleraient des dirhams et des dinars. Si le rêveur se voit rénover un ancien bâtiment appartenant à un savant, la renommée de ce savant revivra; si le bâtiment appartient à un Pharaon ou un prévaricateur, c’est sa réputation, qui revivra.

On dit également, s’il se voit construire un bâtiment dans une cité ou dans un village, il y épousera une femme; s’il utilise de la porcelaine, tout serait ornement et duperie, s’il utilise du mortier, il aurait une fortune licite et des profits. Si le bâtiment est gravé, il annoncerait un pouvoir, un savoir accompagné de distraction et de réjouissance. S’il le construit avec du plâtre et des tuiles, il plongerait dans des actes vains.

La salle désigne l’éminence et indique que la concubine sera remplacée par une femme libre, parce qu’elle est plus haute que les autres parties de la demeure; elle indique aussi la sécurité du craintif, elle désigne également le paradis. Elle désigne aussi, le mihrab ( niche dans la muraille d’une mosquée orientée vers la Kibla), du fait, il arrive qu’on l’appelle ainsi, en arabe. Si un homme construit une salle au-dessus de sa maison et voit sa femme lui interdire de faire une chose pareille, déteste cet acte-là, pleure en lamentant ou s’il la voit enveloppée d’un habit, il épousera une seconde femme ou prendra une concubine; si son épouse est parfumée, belle et souriante, la salle lui indique une profusion et une éminence. S’il monte à une salle inconnue, s’il a peur, il se sentira en sécurité; s’il est malade, il mourra et ira au Paradis; si ces deux cas ne se présentent point, il connaîtra l’éminence et la joie. S’il est accompagné d’un groupe qui le suit, en montant, il sera leur supérieur grâce à une souveraineté ou un savoir ou présidera leur prière. Si un homme célibataire se voit dans une salle, il épousera une femme vertueuse, belle et pieuse. S’il voit qu’il a deux, trois ou plus de salles, il se sentira en sécurité. S’il voit la salle haute s’effondrer sur la maison inférieure mais il en sort indemne, un absent retournera chez lui avec une fortune, si l’effondrement est accompagné de la poussière.

Le belvédère désigne un homme, objet des regards des autres. Si une personne le voit de loin, en rêve, elle remportera la victoire sur ses ennemis et obtiendra ce qu’elle désire et occupera un rang plus élevé dans une atmosphère de joie. Si un commerçant le voit, il obtiendra des gains, un pouvoir où il se trouvait dans le passé ou se trouve dans le présent. L’interprétation de la construction d’un belvédère s’applique aussi à celle des demeures.

La colonne faite en bois, en mortier, en plâtre ou en brique, désigne le gérant de la demeure ou le domestique de ses habitants qui porte le fardeau des charges de la demeure, et est capable d’accomplir tous les travaux qui lui sont assignés. Tout incident relatif à cette colonne se référera à ces personnes désignées.

La lucarne dans la maison ou la salle désigne la propriété assignée au rêveur, la puissance, et la richesse; et pour le chagriné, sa délivrance; pour le malade la guérison, pour le célibataire une épouse, et pour la femme, elle se mariera. Si la lucarne est vue dans une maison qui n’en possède une, elle désignerait un pouvoir pour celui qui en est digne et un négoce pour le commerçant.

Les marches de l’escalier désignent la grandeur, l’éminence, et la prospérité, ici-bas et dans l’au-delà.

Le rêve de la marche peut aussi désigner l’attraction irrésistible. Le rêve des marches peut aussi nous faire penser aux étapes d’un voyage, ainsi qu’aux auberges dans lesquelles les voyageurs se reposent à chaque étape. L’interprétation peut également signaler les jours successifs de la vie qui mènent à la fin visée. Si les escaliers sont connus, ils désignent le domestique de la maison, l’esclave et la monture du maître de la maison. Si un homme monte un escalier inconnu, l’interprétation dépend de l’état du rêveur; s’il arrive aux dernières marches et se trouvait malade à l’état d’éveil, il mourra. S’il trouve au bout de l’escalier une chambre, son âme atteint le Paradis; s’il est empêché d’atteindre la chambre élevée, il ne sera point légué au Paradis à sa mort.

Si le rêveur n’est pas malade, ce rêve lui annonce un voyage qui lui fera accéder à la fortune.

Descendre les marches d’un escalier pour le rêveur qui se trouve en voyage, annonce son retour au pays. Pour un homme de pouvoir bien fameux, la perte de sa charge; le rêveur habitué à utiliser des montures pour ses déplacements sera contraint de se déplacer à pied; pour celui dont la femme est malade, ce rêve annonce qu’elle périra, si c’est le rêveur lui-même qui est malade, on doit bien considérer le contenu du rêve; s’il est descendu de l’escalier pour se trouver dans un lieu qui lui est familier, chez lui par exemple, sur de la paille abondante ou sur une grande quantité d’orge ou tout autre signe indiquant la fortune et son hasard il guérira de sa maladie; s’il descend dans un lieu inconnu de lui, une prairie, chez les morts, qu’il connaissait déjà, tombe en demi tour, dans un puits, un silo souterrain est agressé par un lion et dévoré; enlevé dans les airs par un oiseau rapace; sur un navire ancré qui prend le large ou sur un palanquin dans une caravane prête à partir. Si le rêveur n’est pas malade, et s’il est un tyran et un mécréant, le sens de son rêve dépendra aussi du point de chute, s’il atterrit dans un bon lieu, une mosquée, un champ fertile, un jardin, une espace réservée aux ablutions, il se repentira et sera sauvé, s’il tombe dans un lieu bon tel que la mosquée, le sol fertile, les jardins, les lieux de l’ablution ou autres, il embrasse l’Islam et se repentit en abandonnant tout ce qui est détestable. S’il descend vers les lieux désignant les turpitudes et l’apostasie tel que le champ aride, le brasier terrible, les fauves, les serpents ou les abîmes, il sera attiré et ne sera pas pris par surprise jusqu’au moment où il périra et sera incapable de prendre la fuite. La rénovation de l’escalier indique le bon ou le mauvais présage suivant le matériau employé dans la construction de l’escalier. S’il est fait en briques, le rêve est bon, mais s’il est en tuiles, il est détestable. Il est dit que chaque marche de l’escalier désigne une bonne œuvre; La rénovation de l’escalier indique le bon ou le mauvais présage selon le matériau employé dans la construction de l’escalier. S’il est fait en briques, le rêve est bon, mais s’il est en tuiles, il est détestable.

Il est dit que chaque marche de l’escalier désigne une bonne œuvre. La première présente la prière, la deuxième le jeûne, la troisième l’aumône légale, la quatrième l’aumône, la cinquième le Pèlerinage, la sixième la guerre sainte, et la septième le Coran.

S’il se voit dans une haute salle sans qu’il y ait de marches ni échelle qui l’y amènent, son rêve désigne l’accomplissement parfait de ses devoirs religieux.

Les marches faites de mortier désigneraient l’éminence, la puissance, et la bonne foi pour le gouverneur; quant aux commerçant, elles indiqueraient le commerce important accompagné de la bonne foi; si elles sont en pierres, l’éminence obtenue sera accompagnée d’un cœur dur; si elles étaient de bois, l’éminence sera accompagnée de ruse et de duperie; si elles sont faites en or, il obtiendra un pouvoir, une fertilité et des bienfaits; si elles sont construites en argent, il aura les esclaves dont le nombre sera égal à celui des marches; si elles étaient en cuivre, il jouira de la vie de ce monde.

Si le rêveur monte une marche, en rêve, il gagnera en compréhension et prudence qui l’élèveront en rang. On dit que la marche désigne un homme ascète et dévot; et celui qui s’en approche obtient l’éminence et deviendra un ermite.

L’échelle de bois représente un homme éminent et hypocrite; Celui qui se voit en rêve l’escalader, aura une preuve manifeste.

On dit que le rêve d’escalader une échelle amènera le rêveur à solliciter l’aide des personnes hypocrites; ce rêve constitue une annonce de voyage. Si le rêveur escalade une échelle pour prêter l’oreille à quelque propos tenu dans la discrétion, il accédera au pouvoir.

La fenêtre large annonce le bon caractère de la femme; par contre, l’étroite désigne son mauvais caractère. Si l’homme se voit assis à une fenêtre étroite, il

répudiera sa femme au grand jour; et s’il est assis à une fenêtre large, il répudie sa femme en secret.

Le banc désigne le chef que les habitants de la maison adoptent.

Les portes ouvertes désignent l’accès aux moyens de subsistance, le portail de la maison désigne toujours son gérant, et tout ce qui l’affecte en rêve, l’affectera dans la réalité. Si un homme voit, une petite porte, au milieu de sa demeure, son rêve s’avère alors détestable, car elle amène aux gens de la pudeur cachée des regards, ce rêve annonce, peut être, l’homme qui le trahira en séduisant son épouse.

Les interprétations relatives aux portes des maisons concernent les femmes; si les portes sont neuves, les femmes seront vierges; s’il n’y a pas de verrous, c’est qu’elles ont perdu leurs maris par veuvage ou répudiation.

Le rêve du portail en débris, arraché vers l’extérieur, brûlé ou cassé, annonce un malheur qui s’abattra sur le gérant de la demeure.

Si le portail vu est de grande taille, plus large et plus solide, le rêve indique la bonne situation de ce même personnage.

Si le rêveur se voit en train de chercher le portail de sa demeure sans qu’il le trouve, on saura qu’il vit dans la perplexité pour tout ce qui concerne sa vie d’ici-bas.

Si le rêveur voit des portes ouvertes dans des endroits connus ou inconnus, les portes de la fortune s’ouvriront devant lui à condition qu’il ne dépasserait pas la limite, car s’il la dépasse la maison sera atteinte de destruction et du dommage.

Si les portes ouvertes donnent sur la route, toute chose obtenue ira aux étrangers et à la commune des gens. Si elles sont ouvertes sur une maison de la demeure, les choses obtenues iront à sa maisonnée. S’il voit le portail de sa demeure s’élargir et atteindre des dimensions inhabituelles, des gens entreront chez lui sans permission et lui causeront un malheur. Si le portail de la demeure disparaît de sa place, ce rêve désigne que le gérant de la demeure disparaîtra et changera à l’égard de sa famille. S’il sort d’un portail étroit pour entrer dans le grand espace, il sera délivré d’une difficulté, d’un souci à la délivrance. S’il voit que sa demeure a deux portails au lieu d’un, sa femme serait corrompue.

Celui qui voit son portail possédant deux anneaux, il doit une dette et s’il arrache l’anneau de son portail, il entrera dans un acte hérétique. Si le portail de la demeure est bouchée, les habitants de la demeure seront accablés par une horrible calamité.

Le seuil désigne en général une femme.

On pense aussi que le linteau de la porte désignerait la puissance, et le seuil indique la femme, le poteau représente le gérant de la demeure et son maître, si les poteaux sont arrachés, le gérant sera humilié après avoir être puissant, s’ils disparaissent de la vue, ce gérant mourra et si un homme voit le seuil de sa porte arracher, il répudie sa femme.

Si on desserre la serrure en bois, en rêve, il y aura une duperie.

Celui qui se voit serrer la porte de sa demeure avec la serrure en bois, protège sa vie présente, mais s’il n’y a point de serrure en bois, il n’arrivera plus à contrôler sa vie. S’il se voit en train de perdre plus d’efforts afin de fermer la porte de sa demeure qui ne se ferme pas malgré ses efforts, il sera empêché d’accomplir une chose qu’il n’est pas capable de le faire.

Si un envahisseur se voit ouvrant une porte fermée, il défonce ou envahit une forteresse. Si un homme l’ouvre, il abuse l’homme désigné qui sera une source de bienfaits obtenus. S’il entre dans une porte cochère, il fera partie au négoce d’un commerçant, au pouvoir d’un gouverneur, au métier d’un artisan. Celui qui se voit une porte cochère ouverte, il participera aux travaux cités ci-haut.